Compagnie Repertoire Dates Galerie Contact
 

SALOMÉ

COnzePT Kompanie HANDMAIDS I InTErpréTatIOn Astrid Kjær Jensen, Sabine Mittelhammer, Ulrike Langenbein I miSe en sCèNE Astrid Griesbach I scÈnoGRapHiE Verena Waldmüller I MUsique Florian Hawemann I gEstION de lA PrODuction/PR ehrliche arbeit - freies Kulturbüro I aSsiTenCE Simon Kaeppler

le spectacle est en langue allemande

une production de la Compagnie HANDMAIDS, soutenu par le maire en poste de Berlin - Sénat - affaires culturelles

unterstützt von

 

vidéo I images I donnés techniques

 

SALOMÉ - Le drame d'Oscar Wilde revisité en un conte provocant de 75 minutes

Une terrasse de marbre en l´année 28 apr. J.-C, la lune, un roi fratricide et concupiscent, une épouse aigrie et un prophète dans une citerne. Et au milieu de cela, SALOMÉ, fille d´Hérodias, Princesse de Judée, femme-enfant, femme fatale, Jeanne d´Arc et Lolita-Antique. Mais qui est-elle vraiment ?

Nous plongeons dans l´univers de papier de Salomé. Les souverains y sont façonnés et les royaumes déchirés. Nous posons la question de Prophète et des questions aux Prophètes. Nous voulons savoir, ce qui se trouve dans les écrits les plus secrets de cette femme, qui survécu à la Bible, qui orne d´innombrables toiles ou qui danse dans une boîte de nuit sur trois.

 

EXTRAITS DE PRESSE

Jeux de lumière- de Lisa Handler- 05.août 2016- Kleine Zeitung Graz

''Un flot de papier théâtral : la compagnie Handmaids Berlin avec „Salomé“ laisse sur la scène du Next Liberty de Graz un puissant champ de bataille de papier.(...) Avec des jeux de lumière tout en finesse et une succession de changements de voix pleins d´humour, les comédiennes, marionnettistes et conteuses nous montrent que les stéréotypes d’antan sont encore présents de nos jours. Une production remarquable sur les jeux du pouvoir et le désir."

 

La Strada et le théâtre de marionnette- de Eveline Koberg- 06 août 2016- tanz.at

„Salomé- très actuel et judicieusement travaillé dans l´air du temps.

 

Un Opus-accumulateur compulsif de la Compagnie Handmaids- de Tom Mustroph- FIDENA-die aktuelle Kritik- Octobre 2015

Au début c’est le papier. Sous un énorme tas de papier froissé , les 3 Handmaids : Astrid Kjaer Jensen, Sabine Mittelhammer et Ulrike Langenbein se débattent pour en atteindre la surface. Elles cherchent et creusent, plongent dans cette mer de papier pour faire apparaitre à la surface un personnage minuscule. Elles le font mouvoir avec précaution à 4 mains – un effort énergétique immense qui mène à l’absurdité, toute facture sur l’activité effective marionnettiste(...)

C’est une belle entrée pour cette histoire de Salomé. Mais il y a encore un deuxième prélude : un cours de danse aux sept voiles (...). Déjà, les Handmaids ont conquis le cœur des spectateurs, dans cette pièce, mise en scène cette fois par Astrid Griesbach.
Le palais d’Hérode apparait surtout grâce à la représentation fgurée des personnages. D’un tour de main, dans le tas de papier, surgit un courtisan qui copie le snobisme du Versailles de Louis XIV. Grandiose enfn le personnage d’Hérode : maître, politicien réaliste, salamandre débauchée, infanticide légendaire – il apparait sous une énorme composition de morceaux de papier (...). Le changement rapide de forme de jeux apporte toujours de nouveaux attraits. Parfois les personnages se forment à toute allure par un panneau de papier saisi à la volée, parfois le papier va être très bien rangé et s’associe au corps d’une actrice pour devenir un « cyborg analytique » surhumain, puis les actrices jouent l’histoire elles-mêmes, sans objet, soutenues seulement par de très beaux costumes fonctionnels et par un maquillage bien accentué. Cela nous enthousiasme.Ainsi que les nouvelles perspectives répétées qui expliquent l’histoire. (...) La célèbre danse, avec laquelle Salomé trouble les sens de tous les hommes y compris le vieux Hérode et aussi même quelques femmes, a lieu enfn sous forme d’ une accumulation de nuages de papier si bien que l’ivresse du meurtre du prophète peut en fait prendre possession d’ elles-mêmes. Un point culminant, en réalité (...)

 

Une Lolita de boîte de nuit? Jeanne d´Arc d'une nuit?
Diva en miniature? Femme-enfant? Femme fatale?

SALOMÉ